CASE

No full text available

Case Name

Al Habtoor v. Fotheringham [2001] EWCA Civ 186

INCADAT reference

HC/E/UKe 875

Court

Country

UNITED KINGDOM - ENGLAND AND WALES

Name

Court of Appeal

Level

Appellate Court

Judge(s)
Thorpe, Laws L.JJ. Penry-Davey J.

States involved

Requesting State

UNITED ARAB EMIRATES

Requested State

UNITED KINGDOM - ENGLAND AND WALES

Decision

Date

15 February 2001

Status

Final

Grounds

-

Order

-

HC article(s) Considered

-

HC article(s) Relied Upon

-

Other provisions

-

Authorities | Cases referred to
R. v. Barnet London Borough Council Ex Parte Shah [1983] 2 AC 309; Re J. (Abduction: Custody Rights) [1990] 2 AC 562 ; Nessa v. Chief Adjudication Officer [1999] 1 WLR 1937; Re F. (A Minor) (Child Abduction) [1992] 1 FLR 548 ; Re B. (No 2) [1993] 1 FLR 993; Moran v. Moran [1997] SLT 541; Re M. (Minors) (Residence Order: Jurisdiction) [1993] 1 FLR 495; Re M. (Abduction: Habitual Residence) [1996] 1 FLR 887; Re S. (A Minor) (Custody: Habitual Residence) [1997] 3 WLR 597; F. v. S. (Wardship: Jurisdiction) [1991] 2 FLR 349.
Published in

-

INCADAT comment

Aims & Scope of the Convention

Habitual Residence
Habitual Residence
Can a Child be left without a Habitual Residence?
Relocations
Open-Ended Moves
Time Limited Moves

Inter-Relationship with International / Regional Instruments and National Law

Non-Convention Child Abduction Cases under National Law
Policy Issues

SUMMARY

Summary available in EN | FR

Facts

The application related to a child born in April 1991. The British mother and Dubaian father had had a brief relationship which ended at the start of the pregnancy. In 1994 the mother married and had two children with her husband. In the summer of 1998 the mother made contact with the child's father.

The father came from a very wealthy family and in the course of 1999 arrangements were made by the paternal family to relocate the mother and her family to Dubai. This extended to the provision of accommodation and employment.

On 5 September 1999 the family arrived in Dubai. The relocation did not however go as the mother and her husband had planned. By Christmas relations with the paternal family had broken down and the mother decided that her family should return to England.

When this information was communicated to the paternal family the boy was retained following a period of access. The step-father's employment was terminated and his passport retained. Custody proceedings were then commenced by the paternal family.

The paternal family provided the mother with an English lawyer who conducted negotiations on her behalf. The negotiations led to a draft agreement whereby the mother would have contact with the child. It was also a term of the agreement that the mother would not initiate proceedings in other courts.

On 26 January the mother, her husband and their joint children, returned to England. On 10 February the mother initiated proceedings in the High Court in London for an order that the child be returned. On 23 February the agreement between the parents was approved by a court in Dubai.

In the English proceedings the father sought to challenge the jurisdiction of the court on the basis that the child was not habitually resident in England and Wales. On 13 September the High Court ruled that it had jurisdiction and granted the order sought by the mother. The father appealed.

Ruling

Appeal allowed; the High Court did not have jurisdiction, the child not being habitually resident in England and Wales on the date proceedings were commenced.

INCADAT comment

Habitual Residence

The interpretation of the central concept of habitual residence (Preamble, Art. 3, Art. 4) has proved increasingly problematic in recent years with divergent interpretations emerging in different jurisdictions. There is a lack of uniformity as to whether in determining habitual residence the emphasis should be exclusively on the child, with regard paid to the intentions of the child's care givers, or primarily on the intentions of the care givers. At least partly as a result, habitual residence may appear a very flexible connecting factor in some Contracting States yet much more rigid and reflective of long term residence in others.

Any assessment of the interpretation of habitual residence is further complicated by the fact that cases focusing on the concept may concern very different factual situations. For example habitual residence may arise for consideration following a permanent relocation, or a more tentative move, albeit one which is open-ended or potentially open-ended, or indeed the move may be for a clearly defined period of time.

General Trends:

United States Federal Appellate case law may be taken as an example of the full range of interpretations which exist with regard to habitual residence.

Child Centred Focus

The United States Court of Appeals for the 6th Circuit has advocated strongly for a child centred approach in the determination of habitual residence:

Friedrich v. Friedrich, 983 F.2d 1396, 125 ALR Fed. 703 (6th Cir. 1993) (6th Cir. 1993) [INCADAT Reference: HC/E/USf 142]

Robert v. Tesson, 507 F.3d 981 (6th Cir. 2007) [INCADAT Reference: HC/E/US 935].

See also:

Villalta v. Massie, No. 4:99cv312-RH (N.D. Fla. Oct. 27, 1999) [INCADAT Reference: HC/E/USf 221].

Combined Child's Connection / Parental Intention Focus

The United States Courts of Appeals for the 3rd and 8th Circuits, have espoused a child centred approach but with reference equally paid to the parents' present shared intentions.

The key judgment is that of Feder v. Evans-Feder, 63 F.3d 217 (3d Cir. 1995) [INCADAT Reference: HC/E/USf 83].

See also:

Silverman v. Silverman, 338 F.3d 886 (8th Cir. 2003) [INCADAT Reference: HC/E/USf 530];

Karkkainen v. Kovalchuk, 445 F.3d 280 (3rd Cir. 2006) [INCADAT Reference: HC/E/USf 879].

In the latter case a distinction was drawn between the situation of very young children, where particular weight was placed on parental intention(see for example: Baxter v. Baxter, 423 F.3d 363 (3rd Cir. 2005) [INCADAT Reference: HC/E/USf 808]) and that of older children where the impact of parental intention was more limited.

Parental Intention Focus

The judgment of the Federal Court of Appeals for the 9th Circuit in Mozes v. Mozes, 239 F.3d 1067 (9th Cir. 2001) [INCADAT Reference: HC/E/USf 301] has been highly influential in providing that there should ordinarily be a settled intention to abandon an existing habitual residence before a child can acquire a new one.

This interpretation has been endorsed and built upon in other Federal appellate decisions so that where there was not a shared intention on the part of the parents as to the purpose of the move this led to an existing habitual residence being retained, even though the child had been away from that jurisdiction for an extended period of time. See for example:

Holder v. Holder, 392 F.3d 1009 (9th Cir 2004) [INCADAT Reference: HC/E/USf 777]: United States habitual residence retained after 8 months of an intended 4 year stay in Germany;

Ruiz v. Tenorio, 392 F.3d 1247 (11th Cir. 2004) [INCADAT Reference: HC/E/USf 780]: United States habitual residence retained during 32 month stay in Mexico;

Tsarbopoulos v. Tsarbopoulos, 176 F. Supp.2d 1045 (E.D. Wash. 2001) [INCADAT Reference: HC/E/USf 482]: United States habitual residence retained during 27 month stay in Greece.

The Mozes approach has also been approved of by the Federal Court of Appeals for the 2nd and 7th Circuits:

Gitter v. Gitter, 396 F.3d 124 (2nd Cir. 2005) [INCADAT Reference: HC/E/USf 776];

Koch v. Koch, 450 F.3d 703 (2006 7th Cir.) [INCADAT Reference: HC/E/USf 878].

It should be noted that within the Mozes approach the 9th Circuit did acknowledge that given enough time and positive experience, a child's life could become so firmly embedded in the new country as to make it habitually resident there notwithstanding lingering parental intentions to the contrary.

Other Jurisdictions

There are variations of approach in other jurisdictions:

Austria
The Supreme Court of Austria has ruled that a period of residence of more than six months in a State will ordinarily be characterized as habitual residence, and even if it takes place against the will of the custodian of the child (since it concerns a factual determination of the centre of life).

8Ob121/03g, Oberster Gerichtshof [INCADAT Reference: HC/E/AT 548].

Canada
In the Province of Quebec, a child centred focus is adopted:

In Droit de la famille 3713, No 500-09-010031-003 [INCADAT Reference: HC/E/CA 651], the Cour d'appel de Montréal held that the determination of the habitual residence of a child was a purely factual issue to be decided in the light of the circumstances of the case with regard to the reality of the child's life, rather than that of his parents. The actual period of residence must have endured for a continuous and not insignificant period of time; the child must have a real and active link to the place, but there is no minimum period of residence which is specified.

Germany
A child centred, factual approach is also evident in German case law:

2 UF 115/02, Oberlandesgericht Karlsruhe [INCADAT Reference: HC/E/DE 944].

This has led to the Federal Constitutional Court accepting that a habitual residence may be acquired notwithstanding the child having been wrongfully removed to the new State of residence:

Bundesverfassungsgericht, 2 BvR 1206/98, 29. Oktober 1998  [INCADAT Reference: HC/E/DE 233].

The Constitutional Court upheld the finding of the Higher Regional Court that the children had acquired a habitual residence in France, notwithstanding the nature of their removal there. This was because habitual residence was a factual concept and during their nine months there, the children had become integrated into the local environment.

Israel
Alternative approaches have been adopted when determining the habitual residence of children. On occasion, strong emphasis has been placed on parental intentions. See:

Family Appeal 1026/05 Ploni v. Almonit [INCADAT Reference: HC/E/Il 865];

Family Application 042721/06 G.K. v Y.K. [INCADAT Reference: HC/E/Il 939].

However, reference has been made to a more child centred approach in other cases. See:

decision of the Supreme Court in C.A. 7206/03, Gabai v. Gabai, P.D. 51(2)241;

FamA 130/08 H v H [INCADAT Reference: HC/E/Il 922].

New Zealand
In contrast to the Mozes approach the requirement of a settled intention to abandon an existing habitual residence was specifically rejected by a majority of the New Zealand Court of Appeal. See

S.K. v. K.P. [2005] 3 NZLR 590 [INCADAT Reference: HC/E/NZ 816].

Switzerland
A child centred, factual approach is evident in Swiss case law:

5P.367/2005/ast, Bundesgericht, II. Zivilabteilung (Tribunal Fédéral, 2ème Chambre Civile) [INCADAT Reference: HC/E/CH 841].

United Kingdom
The standard approach is to consider the settled intention of the child's carers in conjunction with the factual reality of the child's life.

Re J. (A Minor) (Abduction: Custody Rights) [1990] 2 AC 562, [1990] 2 All ER 961, [1990] 2 FLR 450, sub nom C. v. S. (A Minor) (Abduction) [INCADAT Reference: HC/E/UKe 2]. For academic commentary on the different models of interpretation given to habitual residence. See:

R. Schuz, "Habitual Residence of Children under the Hague Child Abduction Convention: Theory and Practice", Child and Family Law Quarterly Vol 13, No. 1, 2001, p. 1;

R. Schuz, "Policy Considerations in Determining Habitual Residence of a Child and the Relevance of Context", Journal of Transnational Law and Policy Vol. 11, 2001, p. 101.

Can a Child be left without a Habitual Residence?

In early Convention case law there was a clear reluctance on the part of appellate courts to find that a child did not have a habitual residence.  This was because of the concern that such a conclusion would render the instrument inoperable, see:

United Kingdom - England & Wales
Re F. (A Minor) (Child Abduction) [1992] 1 FLR 548 [INCADAT cite: HC/E/UKe 40];

Australia
Cooper v. Casey (1995) FLC 92-575 [INCADAT cite: HC/E/AU 104].

However, in more recent years there has been a recognition that situations do exist where it is not possible to regard a child as being habitually resident anywhere:

Australia
D.W. & Director-General, Department of Child Safety [2006] FamCA 93, [INCADAT cite: HC/E/AU 870].

In this case the majority accepted that their decision could be said to deny the child of the benefit of the Convention. However, the majority argued that the interests of children generally could be adversely affected if courts were too willing to find that a parent who had attempted a reconciliation in a foreign country, was to be found, together with the child, to have become "habitually resident" in that foreign country.

United Kingdom - England & Wales
W. and B. v. H. (Child Abduction: Surrogacy) [2002] 1 FLR 1008 [INCADAT cite: HC/E/UKe 470];

United Kingdom - Scotland
Robertson v. Robertson 1998 SLT 468 [INCADAT cite: HC/E/UKs 194];

D. v. D. 2002 SC 33 [INCADAT cite: HC/E/UKs 351];

New Zealand
S.K. v. K.P. [2005] 3 NZLR 590, [INCADAT cite: HC/E/NZ 816];

United States of America
Delvoye v. Lee, 329 F.3d 330 (3rd Cir. 2003) [INCADAT cite: HC/E/USf 529];

Ferraris v. Alexander, 125 Cal. App. 4th 1417 (2005) [INCADAT cite: HC/E/US 797].

Relocations

Where there is clear evidence of an intention to commence a new life in another State then the existing habitual residence will be lost and a new one acquired.

In common law jurisdictions it is accepted that acquisition may be able to occur within a short period of time, see:

Canada
DeHaan v. Gracia [2004] AJ No.94 (QL), [2004] ABQD 4, [INCADAT cite: HC/E/CA 576];

United Kingdom - England & Wales
Re J. (A Minor) (Abduction: Custody Rights) [1990] 2 AC 562 [INCADAT cite: HC/E/UKe 2];

Re F. (A Minor) (Child Abduction) [1992] 1 FLR 548, [INCADAT cite: HC/E/UKe 40].

In civil law jurisdictions it has been held that a new habitual residence may be acquired immediately, see:

Switzerland
Bundesgericht, II. Zivilabteilung (Tribunal Fédéral, 2ème Chambre Civile) Décision du 15 novembre 2005, 5P.367/2005 /ast, [INCADAT cite : HC/E/CH 841].

Conditional Relocations 

Where parental agreement as regards relocation is conditional on a future event, should an existing habitual residence be lost immediately upon leaving that country? 

Australia
The Full Court of the Family Court of Australia answered this question in the negative and further held that loss may not even follow from the fulfilment of the condition if the parent who aspires to relocate does not clearly commit to the relocation at that time, see:

Kilah & Director-General, Department of Community Services [2008] FamCAFC 81, [INCADAT cite: HC/E/AU 995].

However, this ruling was overturned on appeal by the High Court of Australia, which held that an existing habitual residence would be lost if the purpose had a sufficient degree of continuity to be described as settled.  There did not need to be a settled intention to take up ‘long term' residence:

L.K. v. Director-General Department of Community Services [2009] HCA 9, (2009) 253 ALR 202, [INCADAT cite: HC/E/AU 1012].

Open-Ended Moves

Where a move is open ended, or potentially open ended, the habitual residence at the time of the move may also be lost and a new one acquired relatively quickly, see:

United Kingdom - England and Wales (Non-Convention case)
Al Habtoor v. Fotheringham [2001] EWCA Civ 186, [INCADAT cite: HC/E/UKe 875];

New Zealand
Callaghan v. Thomas [2001] NZFLR 1105 [INCADAT cite: HC/E/NZ 413];

United Kingdom - Scotland
Cameron v. Cameron 1996 SC 17, 1996 SLT 306, 1996 SCLR 25 [INCADAT cite: HC/E/UKs 71];

Moran v. Moran 1997 SLT 541 [INCADAT cite: HC/E/UKs 74];

United States of America
Karkkainen v. Kovalchuk, 445 F.3d 280 (3rd Cir. 2006), [INCADAT cite: HC/E/USf 879].

Time Limited Moves

Where a move abroad is time limited, even if it is for an extended period of time, there has been acceptance in certain Contracting States that the existing habitual residence can be maintained throughout, see:

Denmark
Ø.L.K., 5. April 2002, 16. afdeling, B-409-02 [INCADAT cite: HC/E/DK 520];

United Kingdom - England & Wales
Re H. (Abduction: Habitual Residence: Consent) [2000] 2 FLR 294; [2000] 3 FCR 412 [INCADAT cite: HC/E/UKe 478];

United States of America
Morris v. Morris, 55 F. Supp. 2d 1156 (D. Colo., Aug. 30, 1999) [INCADAT cite: HC/E/USf 306];

Mozes v. Mozes, 239 F.3d 1067 (9th Cir. 2001) [INCADAT cite: HC/E/USf 301].

However, where a move was to endure for two years the United States Court of Appeals for the Third Circuit found that a change of habitual residence occurred shortly after the move, see:

Whiting v. Krassner 391 F.3d 540 (3rd Cir. 2004) [INCADAT cite: HC/E/US 778].

In an English first instance decision it was held that a child had acquired a habitual residence in Germany after five months even though the family had only moved there for a six month secondment, see:

Re R. (Abduction: Habitual Residence) [2003] EWHC 1968 [INCADAT cite: HC/E/UKe 580].

The Court of Appeal of China (Hong Kong SAR) found that a 21 month move led to a change in habitual residence:

B.L.W. v. B.W.L. [2007] 2 HKLRD 193, [INCADAT cite: HC/E/HK 975].

Policy Issues

When a parent seeks the return of a child outside the scope of the Hague Convention, or another international or regional instrument, the court seised will have to decide how to balance the interests of the child with the general international policy of combating the illicit transfer and non-return of children abroad (Art. 11(1) UNCRC 1990).

Canada
Shortridge-Tsuchiya v. Tsuchiya, 2009 BCSC 541, [2009] B.C.W.L.D. 4138, [INCADAT cite: HC/E/CA 1109].

United Kingdom - England & Wales
Appellate courts have struggled to agree on the appropriate balance to be struck.

An internationalist interpretation, favouring an approach mirrored on that of Hague Convention, was adopted by the Court of Appeal in:

Re E. (Abduction: Non-Convention Country) [1999] 2 FLR 642 [INCADAT cite: HC/E/UKe 589];

Re J. (Child Returned Abroad: Human Rights) [2004] EWCA Civ. 417, [2004] 2 FLR 85 [INCADAT cite: HC/E/UKe 586].

However, in the earlier case Re J.A. (Child Abduction: Non-Convention Country) [1998] 1 FLR 231 [INCADAT cite: HC/E/UKe 588] a return order was not made, there being concerns as to whether the legal system in the foreign jurisdiction would be able to act in the best interests of the child. A factor in that case was that the abducting mother, who was British, would not be entitled to relocate from the child's State of habitual residence unless she had the consent of the father.

In Re J. (A Child) (Return to Foreign Jurisdiction: Convention Rights), [2005] UKHL 40, [2006] 1 AC 80, [INCADAT cite: HC/E/UKe 801] the House of Lords expressly stated that the approach of the Court of Appeal in Re J.A. (Child Abduction: Non-Convention Country) [1998] 1 FLR 231 [INCADAT cite: HC/E/UKe 588] was the one to be preferred.

The House of Lords held that the rationale of the Hague Convention necessarily meant that the State of refuge might on occasion have to do something which was not in the best interests of the individual child involved. States parties had accepted this disadvantage to some individual children for the sake of the greater advantage to children in general.  However, there was no warrant, either in statute or authority, for the principles of the Hague Convention to be extended to countries which were not parties to it. In a non-Convention case the court must act in accordance with the welfare of the individual child. Whilst there was no ‘strong presumption' in favour of return on the facts of an individual case a summary return may very well be in the best interests of the individual child.

It may be noted that in Re F. (Children) (Abduction: Removal Outside Jurisdiction) [2008] EWCA Civ. 854, [2008] 2 F.L.R. 1649 [INCADAT cite: HC/E/UKe 982] a trial judge who felt compelled to discharge his original order for return in the light, inter alia, of the ruling in Re M. had his judgment overturned. The Court of Appeal did not, however, comment on the ruling of the House of Lords and the case ostensibly turned on the existence of new evidence, pointing to the inevitability of the mother's deportation.

In E.M. (Lebanon) v. Secretary of State for the Home Department [2008] UKHL 64, [2009] 1 A.C. 1198 [INCADAT cite: HC/E/UKe 994] an immigration case centred around the wrongful removal of a child from a non-Convention country, the House of Lords ruled that a return would lead to a violation of the child's and his mother's right to family life under Article 8 of the European Convention on Human Rights (ECHR). However, it must be noted that on the facts the child's only ‘family life' was with the mother, the father having had no contact with the child since the day of his birth. A majority of the panel (4:1) held that the discriminatory nature of Lebanese family law, which would have led to the automatic transfer of care for the child being passed from mother to father, upon the child reaching his 7th birthday, would not have led to a breach of the ECHR.

Faits

La demande concernait un enfant né en avril 1991. La mère britannique et le père ressortissant de Dubai avaient eu une courte relation qui avait pris fin au début de la grossesse. En 1994, la mère se maria et eut deux enfants de son mari. A l'été 1998, la mère contacta le père de l'enfant, lequel était issu d'une famille très fortunée. Courant 1999, des mesures furent prises afin que la mère et sa famille s'installe à Dubai. Cet arrangement comprenait l'allocation d'un logement et d'un travail.

Le 5 septembre 1999, la famille arriva à Dubai. Toutefois leur vie dans ce pays ne se déroula pas comme la mère et son mari l'avaient prévu. Vers Noël 1999, les relations avec la famille du père s'étaient rompues et la mère décida que la famille devrait rentrer en Angleterre.

Lorsqu'elle informa la famille du père de ce projet, l'enfant ne fut pas ramené chez sa mère à l'issue d'une période de contact. Le contrat de travail du beau-père de l'enfant fut résolu et on lui confisca son passeport. La famille du père de l'enfant entama alors une procédure de garde.

La famille du père donna à la mère un avocat anglais qui devait conduire les négociations en son nom. Selon le projet d'accord formulé, la mère aurait un droit de visite sur l'enfant et elle renonçait à entamer une quelconque procédure judiciaire.

Le 26 janvier, la mère, son mari et leurs enfants communs rentrèrent en Angleterre. Le 10 février, elle entama une procédure en vue du retour de l'enfant à Londres. Le 23 février l'accord parental fut homologué par une juridiction de Dubai. Selon le père, les juridictions anglaises n'étaient pas compétentes car l'enfant n'avait pas sa résidence habituelle en Angleterre ni au Pays de Galles.

Le 13 septembre, la High Court, s'estimant compétente, accueillit la demande de la mère. Le père interjeta appel.

Dispositif

Appel accueilli, la High Court n'était pas compétente car l'enfant n'avait pas sa résidence habituelle en Angleterre au moment où la procédure fut introduite.

Commentaire INCADAT

Résidence habituelle

L'interprétation de la notion centrale de résidence habituelle (préambule, art. 3 et 4) s'est révélée particulièrement problématique ces dernières années, des divergences apparaissant dans divers États contractants. Une approche uniforme fait défaut quant à la question de savoir ce qui doit être au cœur de l'analyse : l'enfant seul, l'enfant ainsi que l'intention des personnes disposant de sa garde, ou simplement l'intention de ces personnes. En conséquence notamment de cette différence d'approche, la notion de résidence peut apparaître comme un élément de rattachement très flexible dans certains États contractants ou un facteur de rattachement plus rigide et représentatif d'une résidence à long terme dans d'autres.

L'analyse du concept de résidence habituelle est par ailleurs compliquée par le fait que les décisions concernent des situations factuelles très diverses. La question de la résidence habituelle peut se poser à l'occasion d'un déménagement permanent à l'étranger, d'un déménagement consistant en un test d'une durée illimitée ou potentiellement illimitée ou simplement d'un séjour à l'étranger de durée déterminée.

Tendances générales:

La jurisprudence des cours d'appel fédérales américaines illustre la grande variété d'interprétations données au concept de résidence habituelle.
Approche centrée sur l'enfant

La cour d'appel fédérale des États-Unis d'Amérique du 6e ressort s'est prononcée fermement en faveur d'une approche centrée sur l'enfant seul :

Friedrich v. Friedrich, 983 F.2d 1396, 125 ALR Fed. 703 (6th Cir. 1993) (6th Cir. 1993) [Référence INCADAT : HC/E/USf 142]

Robert v. Tesson, 507 F.3d 981 (6th Cir. 2007) [Référence INCADAT : HC/E/US 935]

Voir aussi :

Villalta v. Massie, No. 4:99cv312-RH (N.D. Fla. Oct. 27, 1999) [Référence INCADAT : HC/E/USf 221].

Approche combinée des liens de l'enfant et de l'intention parentale

Les cours d'appel fédérales des États-Unis d'Amérique des 3e et 8e ressorts ont privilégié une méthode où les liens de l'enfant avec le pays ont été lus à la lumière de l'intention parentale conjointe.
Le jugement de référence est le suivant : Feder v. Evans-Feder, 63 F.3d 217 (3d Cir. 1995) [Référence INCADAT : HC/E/USf 83].

Voir aussi :

Silverman v. Silverman, 338 F.3d 886 (8th Cir. 2003) [Référence INCADAT : HC/E/USf 530] ;

Karkkainen v. Kovalchuk, 445 F.3d 280 (3rd Cir. 2006) [Référence INCADAT : HC/E/USf 879].

Dans cette dernière espèce, une distinction a été pratiquée entre la situation d'enfants très jeunes (où une importance plus grande est attachée à l'intention des parents - voir par exemple : Baxter v. Baxter, 423 F.3d 363 (3rd Cir. 2005) [Référence INCADAT : HC/E/USf 808]) et celle d'enfants plus âgés pour lesquels l'intention parentale joue un rôle plus limité.

Approche centrée sur l'intention parentale

Aux États-Unis d'Amérique, la Cour d'appel fédérale du 9e ressort a rendu une décision dans l'affaire Mozes v. Mozes, 239 F.3d 1067 (9th Cir. 2001) [Référence INCADAT : HC/E/USf 301], qui s'est révélée très influente en exigeant la présence d'une intention ferme d'abandonner une résidence préexistante pour qu'un enfant puisse acquérir une nouvelle résidence habituelle.

Cette interprétation a été reprise et précisée par d'autres décisions rendues en appel par des juridictions fédérales de sorte qu'en l'absence d'intention commune des parents en cas de départ pour l'étranger, la résidence habituelle a été maintenue dans le pays d'origine, alors même que l'enfant a passé une période longue à l'étranger.  Voir par exemple :

Holder v. Holder, 392 F.3d 1009 (9th Cir 2004) [Référence INCADAT : HC/E/USf 777] : Résidence habituelle maintenue aux États-Unis d'Amérique malgré un séjour prévu de 4 ans en Allemagne ;

Ruiz v. Tenorio, 392 F.3d 1247 (11th Cir. 2004) [Référence INCADAT : HC/E/USf 780] : Résidence habituelle maintenue aux États-Unis d'Amérique malgré un séjour de 32 mois au Mexique ;

Tsarbopoulos v. Tsarbopoulos, 176 F. Supp.2d 1045 (E.D. Wash. 2001) [INCADAT : HC/E/USf 482] : Résidence habituelle maintenue aux États-Unis d'Amérique malgré un séjour de 27 mois en Grèce.

La décision rendue dans l'affaire Mozes a également été approuvée par les cours fédérales d'appel du 2e et du 7e ressort :

Gitter v. Gitter, 396 F.3d 124 (2nd Cir. 2005) [Référence INCADAT : HC/E/USf 776] ;

Koch v. Koch, 450 F.3d 703 (2006 7th Cir.) [Référence INCADAT : HC/E/USf 878] ;

Il convient de noter que dans l'affaire Mozes, la Cour a reconnu que si suffisamment de temps s'est écoulé et que l'enfant a vécu une expérience positive, la vie de l'enfant peut être si fermement attachée à son nouveau milieu qu'une nouvelle résidence habituelle doit pouvoir y être acquise nonobstant l'intention parentale contraire.

Autres États contractants

Dans d'autres États contractants, la position a évolué :

Autriche
La Cour suprême d'Autriche a décidé qu'une résidence de plus de six mois dans un État sera généralement caractérisée de résidence habituelle, quand bien même elle aurait lieu contre la volonté du gardien de l'enfant (puisqu'il s'agit d'une détermination factuelle du centre de vie).

8Ob121/03g, Oberster Gerichtshof [Référence INCADAT: HC/E/AT 548].

Canada
Au Québec, au contraire, l'approche est centrée sur l'enfant :
Dans Droit de la famille 3713, No 500-09-010031-003 [Référence INCADAT : HC/E/CA 651], la Cour d'appel de Montréal a décidé que la résidence habituelle d'un enfant est simplement une question de fait qui doit s'apprécier à la lumière de toutes les circonstances particulières de l'espèce en fonction de la réalité vécue par l'enfant en question, et non celle de ses parents. Le séjour doit être d'une durée non négligeable (nécessaire au développement de liens par l'enfant et à son intégration dans son nouveau milieu) et continue, aussi l'enfant doit-il avoir un lien réel et actif avec sa résidence; cependant, aucune durée minimale ne peut être formulée.

Allemagne
Une approche factuelle et centrée sur l'enfant ressort également de la jurisprudence allemande :

2 UF 115/02, Oberlandesgericht Karlsruhe [Référence INCADAT: HC/E/DE 944].

La Cour constitutionnelle fédérale a ainsi admis qu'une résidence habituelle puisse être acquise bien que l'enfant ait été illicitement déplacé dans le nouvel État de résidence :

Bundesverfassungsgericht, 2 BvR 1206/98, 29. Oktober 1998 [Référence INCADAT: HC/E/DE 233].

La Cour constitutionnelle a confirmé l'analyse de la Cour régionale d'appel selon laquelle les enfants avaient acquis leur résidence habituelle en France malgré la nature de leur déplacement là-bas. La Cour a en effet considéré  que la résidence habituelle était un concept factuel, et les enfants s'étaient intégrés dans leur milieu local pendant les neuf mois qu'ils y avaient vécu.

Israël
Des approches alternatives ont été adoptées lors de la détermination de la résidence habituelle. Il est arrivé qu'un poids important ait été accordé à l'intention parentale. Voir :

Family Appeal 1026/05 Ploni v. Almonit [Référence INCADAT: HC/E/Il 865] ;

Family Application 042721/06 G.K. v Y.K. [Référence INCADAT: HC/E/Il 939].

Cependant, il a parfois été fait référence à une approche plus centrée sur l'enfant. Voir :

décision de la Cour suprême dans C.A. 7206/03, Gabai v. Gabai, P.D. 51(2)241 ;

FamA 130/08 H v H [Référence INCADAT: HC/E/IL 922].

Nouvelle-Zélande
Contrairement à l'approche privilégiée dans l'affaire Mozes, la cour d'appel de la Nouvelle-Zélande a expressément rejeté l'idée que pour acquérir une nouvelle résidence habituelle, il convient d'avoir l'intention ferme de renoncer à la résidence habituelle précédente. Voir :

S.K. v. K.P. [2005] 3 NZLR 590 [Référence INCADAT: HC/E/NZ 816].

Suisse
Une approche factuelle et centrée sur l'enfant ressort de la jurisprudence suisse :

5P.367/2005/ast, Bundesgericht, II. Zivilabteilung (Tribunal Fédéral, 2ème Chambre Civile) [Référence INCADAT: HC/E/CH 841].

Royaume-Uni
L'approche standard est de considérer conjointement la ferme intention des personnes ayant la charge de l'enfant et la réalité vécue par l'enfant.

Re J. (A Minor) (Abduction: Custody Rights) [1990] 2 AC 562, [1990] 2 All ER 961, [1990] 2 FLR 450, sub nom C. v. S. (A Minor) (Abduction) [Référence INCADAT: HC/E/UKe 2].

Pour un commentaire doctrinal des différentes approches du concept de résidence habituelle dans les pays de common law. Voir :

R. Schuz, « Habitual Residence of  Children under the Hague Child Abduction Convention: Theory and Practice », Child and Family Law Quarterly, Vol. 13, No1, 2001, p.1 ;

R. Schuz, « Policy Considerations in Determining Habitual Residence of a Child and the Relevance of Context » Journal of Transnational Law and Policy, Vol. 11, 2001, p. 101.

Un enfant peut-il se trouver sans résidence habituelle?

Dans la jurisprudence conventionnelle ancienne, les cours se sont montrées peu enclines à admettre qu'un enfant puisse se trouver sans résidence habituelle, notamment en raison du fait qu'une telle conclusion rendait inapplicable la Convention, voir :

Royaume-Uni - Angleterre et Pays de Galles
Re F. (A Minor) (Child Abduction) [1992] 1 FLR 548 [Référence INCADAT : HC/E/UKe 40];

Australie
Cooper v. Casey (1995) FLC 92-575 [Référence INCADAT : HC/E/AU 104].

Toutefois, plus récemment on constate que les cours reconnaissent qu'il y a des situations dans lesquelles il est impossible d'admettre que l'enfant a une résidence habituelle quelque part.

D.W. & Director-General, Department of Child Safety [2006] FamCA 93, [Référence INCADAT : HC/E/AU 870].

Dans cette affaire, la majorité des juges a estimé que certes leur conclusion empêchait l'application de la Convention mais a souligné que l'intérêt des enfants pouvait pâtir d'une trop grande propension des tribunaux à admettre que le parent ayant tenté de se réconcilier avec l'autre parent en vivant avec lui à l'étranger afin de donner à l'enfant une famille biparentale doit, avec l'enfant, avoir acquis une résidence habituelle dans cet État.

Royaume-Uni - Angleterre et Pays de Galles
W. and B. v. H. (Child Abduction: Surrogacy) [2002] 1 FLR 1008 [Référence INCADAT : HC/E/UKe 470] ;

Royaume-Uni - Écosse
Robertson v. Robertson 1998 SLT 468 [Référence INCADAT : HC/E/UKs 194] ;

D. v. D. 2002 SC 33 [Référence INCADAT : HC/E/UKs 351] ;

Nouvelle-Zélande
S.K. v. K.P. [2005] 3 NZLR 590, [Référence INCADAT : HC/E/NZ 816] ;

États-Unis d'Amérique
Delvoye v. Lee, 329 F.3d 330 (3rd Cir. 2003) [Référence INCADAT : HC/E/USf 529] ;

Ferraris v. Alexander, 125 Cal. App. 4th 1417 (2005) [Référence INCADAT : HC/E/US 797].

Déménagement ou Installation à l'étranger

Lorsqu'une intention de s'installer à l'étranger pour y commencer un nouveau chapitre de sa vie est établie, la résidence habituelle préexistante va être perdue et une nouvelle résidence habituelle pourra rapidement être acquise.

Dans les pays de common law, il est admis que cette acquisition peut survenir rapidement, voir :

Canada
DeHaan v. Gracia [2004] AJ No.94 (QL), [2004] ABQD 4 [Référence INCADAT : HC/E/CA 576];

Royaume-Uni - Angleterre et Pays de Galles
Re J. (A Minor) (Abduction: Custody Rights) [1990] 2 AC 562 [Référence INCADAT : HC/E/UKe 2];

Re F. (A Minor) (Child Abduction) [1992] 1 FLR 548, [1992] Fam Law 195 [Référence INCADAT : HC/E/UKe 40]

Dans les pays de droit civil, il a été admis qu'une résidence habituelle peut être acquise immédiatement, voir:
 
Suisse
5P.367/2005/ast, Bundesgericht, II. Zivilabteilung (Tribunal Fédéral, 2ème Chambre Civile), [Référence INCADAT: HC/E/CH 841].

Déménagements soumis à une condition future

Si l'accord des parents concernant le déménagement est soumis à une condition future, la résidence habituelle qui existait avant le déménagement est-elle perdue immédiatement lors du déménagement ?

Australie

Le tribunal familial australien (the Family Court of Australia) siégeant en séance plénière a répondu par la négative à cette question et a également déclaré que la perte de la résidence habituelle pouvait même ne pas découler de la réalisation de la condition en question, si à ce moment-là le parent désirant déménager ne s'engage pas clairement à déménager :

Kilah & Director-General, Department of Community Services [2008] FamCAFC 81, [Référence INCADAT : HC/E/AU 995].

Cependant, cette décision a été renversée en appel par la Haute Cour d'Australie, qui a considéré qu'une résidence habituelle existante pouvait être perdue si la volonté de déménager présentait un degré suffisant de continuité pour être décrite comme ferme. Il n'était donc pas nécessaire d'avoir une ferme intention d'établir sa résidence sur le « long terme ».

L.K. v. Director-General Department of Community Services [2009] HCA 9, (2009) 253 ALR 202, [Référence INCADAT: HC/E/AU 1012].

Installation à l'étranger pour une durée illimitée

Lorsque la durée de l'installation à l'étranger est illimitée ou potentiellement illimitée, il est également possible de perdre une résidence habituelle antérieure et d'en acquérir une nouvelle relativement rapidement. Voir :

Royaume-Uni - Angleterre et Pays de Galles (cas ne relevant pas de la Convention)
Al Habtoor v. Fotheringham [2001] EWCA Civ 186 [Référence INCADAT : HC/E/UKe 875] ;

Nouvelle-Zélande
Callaghan v. Thomas [2001] NZFLR 1105 [Référence INCADAT : HC/E/NZ 413] ;

Royaume-Uni - Écosse
Cameron v. Cameron 1996 SC 17, 1996 SLT 306, 1996 SCLR 25 [Référence INCADAT : HC/E/UKs 71] ;

Moran v. Moran 1997 SLT 541 [Référence INCADAT : HC/E/UKs 74] ;

États-Unis d'Amérique
Karkkainen v. Kovalchuk, 445 F.3d 280 (3rd Cir. 2006) [Référence INCADAT : HC/E/USf 879].

Installation à l'étranger pour une durée limitée

Lorsque la durée d'un séjour à l'étranger est d'emblée limitée, même si le séjour doit être relativement long, certains États contractants ont considéré que la résidence habituelle était maintenue dans l'État d'origine. Voir :

Danemark
Ø.L.K., 5. April 2002, 16. afdeling, B-409-02 [Référence INCADAT : HC/E/DK 520];

Royaume-Uni - Angleterre et Pays de Galles
Re H. (Abduction: Habitual Residence: Consent) [2000] 2 FLR 294; [2000] 3 FCR 412 [Référence INCADAT : HC/E/UKe 478];

États-Unis d'Amérique
Morris v. Morris, 55 F. Supp. 2d 1156 (D. Colo., Aug. 30, 1999) [Référence INCADAT : HC/E/USf 306];

Mozes v. Mozes, 239 F.3d 1067 (9th Cir. 2001) [Référence INCADAT : HC/E/USf 301].

Toutefois, la Cour fédérale d'appel du troisième ressort estima qu'une résidence habituelle nouvelle avait pu être acquise assez rapidement dans une situation où le séjour à l'étranger devait durer 2 ans. Voir :

Whiting v. Krassner 391 F.3d 540 (3rd Cir. 2004) [Référence INCADAT : HC/E/US 778].

En Angleterre, une décision de première instance a considéré qu'un enfant avait pu acquérir une résidence habituelle en Allemagne après un séjour de 5 mois dans ce pays alors même que la famille y était établie pour un contrat de 6 mois. Voir:

Re R. (Abduction: Habitual Residence) [2003] EWHC 1968 [Référence INCADAT : HC/E/UKe 580].

La Cour d'appel de Chine (RAS Hong-Kong) a considéré qu'un déménagement à l'étranger pour 21 mois conduisait à un changement de résidence habituelle. Voir:

B.L.W. v. B.W.L. [2007] 2 HKLRD 193, [Référence INCADAT : HC/E/HK 975].

Problèmes de fond

Lorsqu'un parent demande le retour d'un enfant dans une situation ne relevant pas de la Convention de La Haye ni d'un autre instrument international ou régional, le tribunal saisi doit mettre en balance l'intérêt de l'enfant et le principe international selon lequel les États doivent prendre des mesures en vue de lutter contre les déplacements et non-retours illicites d'enfants à l'étranger (art. 11(1) de la Convention des Nations Unies sur les Droits de l'enfant de 1990).

Canada
Shortridge-Tsuchiya v. Tsuchiya, 2009 BCSC 541, [2009] B.C.W.L.D. 4138, [Référence INCADAT : HC/E/CA 1109].

Royaume-Uni : Angleterre et Pays de Galles
Les juges d'appel ont développé des approches discordantes sur cette question.

Dans les affaires suivantes, la cour d'appel a privilégié une vision internationaliste analogue à celle de la Convention de La Haye :

Re E. (Abduction: Non-Convention Country) [1999] 2 FLR 642 [Référence INCADAT : HC/E/UKe 589] ;

Re J. (Child Returned Abroad: Human Rights) - [2004] 2 FLR 85 [2004] EWCA Civ. 417 [Référence INCADAT : HC/E/UKe 586].

Toutefois dans l'affaire plus ancienne de Re J.A. (Child Abduction: Non-Convention Country) [1998] 1 FLR 231 [Référence INCADAT : HC/E/UKe 588] le retour n'avait pas été prononcé au motif qu'il était douteux que l'État de la résidence habituelle puisse agir dans l'intérêt supérieur de l'enfant. En l'espèce la mère, auteur de l'enlèvement et ressortissante britannique, n'aurait pas été autorisée à quitter l'État de la résidence habituelle sans le consentement du père.

Dans Re J. (A child) (Return to foreign jurisdiction: convention rights), [2005] UKHL 40, [2006] 1 AC 80, [Référence INCADAT : HC/E/UKe 801], la Chambre des Lords approuva expressément l'approche privilégiée dans Re J.A. (Child Abduction: Non-Convention Country) [1998] 1 FLR 231 [Référence INCADAT : HC/E/UKe 588].

La Chambre des Lords indiqua que le principe sous-tendant la Convention de La Haye impliquait nécessairement que dans certains cas l'État de refuge devait prendre des mesures qui n'étaient pas dans l'intérêt supérieur de l'enfant en cause.  Les États contractants avaient accepté cet état de fait parce que la Convention permettait d'atteindre l'intérêt supérieur des enfants en général. Néanmoins, la Chambre des Lords rappela que ni la loi ni les précédents judiciaires ne prévoyaient l'extension des principes de la Convention de La Haye aux États non contractants. Dans les affaires ne relevant pas de conventions internationales le juge devait agir dans l'intérêt supérieur de l'enfant en cause. Quoiqu'il n'y ait pas de présomption forte en faveur du retour il convient d'étudier au cas par cas si le retour immédiat de l'enfant n'est pas dans son intérêt supérieur.

Il convient de souligner que dans l'affaire Re F. (Children) (Abduction: Removal Outside Jurisdiction) [2008] EWCA Civ. 842, [Référence INCADAT : HC/E/UKe 982] un juge revint sur sa décision d'ordonner le retour notamment en raison de l'affaire Re M. La Cour d'appel ne discuta toutefois pas la décision de la Chambre des Lords, insistant sur des éléments nouveaux qui montraient qu'il était inévitable que la mère soit renvoyée dans son pays vu son statut d'immigration.

Dans E.M. (Lebanon) v. Secretary of State for the Home Department [2008] UKHL 64, [2008] 3 W.L.R. 931, [Référence INCADAT : HC/E/UKe 994], un enfant avait été enlevé de son pays de résidence habituelle, qui n'était pas partie à aucune convention relative à l'enlèvement. Il s'agissait en l'espèce d'une affaire d'immigration. La demande d'asile de la mère avait été refusée mais son argument selon lequel le retour aurait violé son droit et le droit de son enfant au respect de la vie familiale selon l'article 8 de la Convention européenne des Droits de l'Homme (CEDH) avait finalement prévalu. Toutefois, il importe de noter qu'en l'espèce la vie familiale de l'enfant se résumait à sa vie avec sa mère puisque que le père n'avait eu aucun contact avec lui depuis sa naissance. Par une majorité de 4 contre 1, les juges estimèrent que le droit de la famille libanais, quoique de nature discriminatoire puisqu'il imposait le transfert automatique de la responsabilité de l'enfant de la mère au père le jour de son 7ème anniversaire, ne violait pas en principe la CEDH.