CASE

No full text available

Case Name

5P.454/2000/ZBE/bnm, Bundesgericht, II. Zivilabteilung ((Tribunal Fédéral, 2ème Chambre Civile)

INCADAT reference

HC/E/CH 786

Court

Country

SWITZERLAND

Name

Bundesgericht / Tribunal Federal

Level

Superior Appellate Court

States involved

Requesting State

UNITED STATES OF AMERICA

Requested State

SWITZERLAND

Decision

Date

16 October 2001

Status

Final

Grounds

-

Order

Application dismissed

HC article(s) Considered

16

HC article(s) Relied Upon

-

Other provisions
Art. 14 Swiss Constitution, Art. 8 ECHR, Art. 12 UNCRC, Swiss procedural law
Authorities | Cases referred to
Entscheid des Bundesgerichtes vom 13. September 2001, E. 4b/aa [5P.160/2001; Bühler/Spühler, Berner Kommentar, N. 36 zu Art. 157 aZGB; Hegnauer, Berner Kommentar, N. 102 zu Art. 286 ZGB; Frank/Sträuli/Messmer, Kommentar zur zürcherischen Zivilprozessordnung, 3. Aufl., Zürich 1997, N. 5 zu § 293 ZPO; BGE 125 III 301 E. 2b/cc S. 304; BGE 119 Ia 11 E. 3a S. 12, 134 E. 4 S. 135.

INCADAT comment

Aims & Scope of the Convention

Jurisdiction Issues under the Hague Convention
Jurisdiction Issues under the Hague Convention

Implementation & Application Issues

Procedural Matters
Enforcement of Return Orders

SUMMARY

Summary available in EN | FR

Facts

The child, a girl, was aged 2 1/2 at the date of the alleged wrongful removal. Until then she had always lived in the United States. The parents, an American father and a Swiss mother, divorced in the United States in 1995 and shared custody of their daughter. In September 1996 the mother took the child to Switzerland.

In September 1996 the judge in the canton of Zurich (Bezirksgericht) granted the mother exclusive interim custody. On 26 September the father commenced return proceedings. On 15 November the Zurich cantonal court dismissed the father's application.

On 6 March 1997 the Zurich court of appeal (Obergericht) ordered the return of the child within 10 days of the mother being notified of the decision. On 6 August the supreme court (Bundesgericht) dismissed a legal challenge filed by the mother. In October two attempts at executing the return order failed and the mother seised the Zurich cantonal court in an attempt to have the return order of 6 March 1997 struck out. On 19 December this application was dismissed.

On 25 April 1998 the court of cassation of the Zurich canton rejected an application to have the return order struck out. Several challenges to the supreme court were equally rejected. In May 1998 mother and child moved to Aargau. The father sought to have the return order executed in Aargau but an application to this effect was rejected by the local cantonal court.

On 26 March 2001 the court of appeal of the Aargau canton rejected the father's appeal finding that as the return order had been made 4 years earlier its execution could not be ordered without consideration of the best interests of the child, who was now aged 9. The court held that it did not matter that the mother's repeated legal challenges had led to the delays.

On 13 September 2001 the Swiss supreme court rejected a public law challenge by the father. On 16 October and 6 November 2000 the court of appeal for the Canton of Zurich had declared applications by the mother to revise the return order to be inadmissible. Challenges to these decisions were rejected by the cour de cassation of the Zurich Canton.

The mother then petitioned the Swiss supreme court for the order of 6 November to be retracted.

Ruling

Legal challenge dismissed.

INCADAT comment

A summary of the decision of 6 August 1997 is available at: Bundesgericht, II. Zivilabteilung (Tribunal Fédéral, 2ème Chambre Civile) Décision du 6 août 1997 [INCADAT Reference: HC/E/CH 792].

A summary of the decision of 13 September 2001 is available at: Bundesgericht, II. Zivilabteilung (Tribunal Fédéral, 2ème Chambre Civile) Décision du 13 Septembre 2001, 5P.160/2001/min [INCADAT Reference: HC/E/CH 423].

A summary of the decision of the supreme court on the parallel legal challenge mounted by the child is available at: Bundesgericht, II. Zivilabteilung (Tribunal Fédéral, 2ème Chambre Civile) Décision du 16 octobre 2001, 5P.477/2000/ZBE/bnm [INCADAT Reference: HC/E/CH 785].

Jurisdiction Issues under the Hague Convention

Jurisdiction Issues under the Hague Convention (Art. 16)

Given the aim of the Convention to secure the prompt return of abducted children to their State of habitual residence to allow for substantive proceedings to be convened, it is essential that custody proceedings not be initiated in the State of refuge. To this end Article 16 provides that:

"After receiving notice of a wrongful removal or retention of a child in the sense of Article 3, the judicial or administrative authorities of the Contracting State to which the child has been removed or in which it has been retained shall not decide on the merits of rights of custody until it has been determined that the child is not to be returned under this Convention or unless an application under this Convention is not lodged within a reasonable time following receipt of the notice."

Contracting States which are also party to the 1996 Hague Convention are provided greater protection by virtue of Article 7 of that instrument.

Contracting States which are Member States of the European Union and to which the Council Regulation (EC) No 2201/2003 of 27 November 2003 (Brussels II a Regulation) applies are provided further protection still by virtue of Article 10 of that instrument.

The importance of Article 16 has been noted by the European Court of Human Rights:

Iosub Caras v. Romania, Application No. 7198/04, (2008) 47 E.H.R.R. 35, [INCADAT cite: HC/E/ 867];
 
Carlson v. Switzerland no. 49492/06, 8 November 2008, [INCADAT cite: HC/E/ 999].

When should Article 16 be applied?

The High Court in England & Wales has held that courts and lawyers must be pro-active where there is an indication that a wrongful removal or retention has occurred.

R. v. R. (Residence Order: Child Abduction) [1995] Fam 209, [INCADAT cite: HC/E/UKe 120].
 
When a court becomes aware, expressly or by inference that there has been a wrongful removal or retention it receives notice of that wrongful removal or retention within the meaning of Article 16. Moreover, it is the duty of the court to consider taking steps to secure that the parent in that State is informed of his or her Convention rights. 

Re H. (Abduction: Habitual Residence: Consent) [2000] 2 FLR 294, [INCADAT cite: HC/E/UKe 478]

Lawyers, even those acting for abducting parents, had a duty to draw the attention of the court to the Convention where this was relevant.

Scope and Duration of Article 16 Protection?

Article 16 does not prevent provisional and protective measures from being taken:

Belgium
Cour de cassation 30/10/2008, CG c BS, N° de rôle: C.06.0619.F, [INCADAT cite : HC/E/BE 750]. 

However, in this case the provisional measures ultimately became final and the return was never enforced, due to a change in circumstances.

A return application must be made within a reasonable period of time:

France
Cass Civ 1ère 9 juillet 2008 (N° de pourvois K 06-22090 & M 06-22091), 9.7.2008, [INCADAT cite : HC/E/FR 749]

United Kingdom - England & Wales
R. v. R. (Residence Order: Child Abduction) [1995] Fam 209, [INCADAT cite: HC/E/UKe 120].

A return order which has become final but has not yet been enforced is covered by Article 16:

Germany
Bundesgerichtshof, XII. Zivilsenat Decision of 16 August 2000 - XII ZB 210/99, BGHZ 145, 97 16 August 2000 [INCADAT cite: HC/E/DE 467].

Article 16 will no longer apply when a return order cannot be enforced:

Switzerland
5P.477/2000/ZBE/bnm, [INCADAT cite : HC/E/CH 785].

Enforcement of Return Orders

Where an abducting parent does not comply voluntarily the implementation of a return order will require coercive measures to be taken.  The introduction of such measures may give rise to legal and practical difficulties for the applicant.  Indeed, even where ultimately successful significant delays may result before the child's future can be adjudicated upon in the State of habitual residence.  In some extreme cases the delays encountered may be of such length that it may no longer be appropriate for a return order to be made.


Work of the Hague Conference

Considerable attention has been paid to the issue of enforcement at the Special Commissions convened to review the operation of the Hague Convention.

In the Conclusions of the Fourth Review Special Commission in March 2001 it was noted:

"Methods and speed of enforcement

3.9        Delays in enforcement of return orders, or their non-enforcement, in certain Contracting States are matters of serious concern. The Special Commission calls upon Contracting States to enforce return orders promptly and effectively.

3.10        It should be made possible for courts, when making return orders, to include provisions to ensure that the order leads to the prompt and effective return of the child.

3.11        Efforts should be made by Central Authorities, or by other competent authorities, to track the outcome of return orders and to determine in each case whether enforcement is delayed or not achieved."

See: < www.hcch.net >, under "Child Abduction Section" then "Special Commission meetings on the practical operation of the Convention" and "Conclusions and Recommendations".

In preparation for the Fifth Review Special Commission in November 2006 the Permanent Bureau prepared a report entitled: "Enforcement of Orders Made Under the 1980 Convention - Towards Principles of Good Practice", Prel. Doc. No 7 of October 2006, (available on the Hague Conference website at < www.hcch.net >, under "Child Abduction Section" then "Special Commission meetings on the practical operation of the Convention" then "Preliminary Documents").

The 2006 Special Commission encouraged support for the principles of good practice set out in the report which will serve moreover as a future Guide to Good Practice on Enforcement Issues, see: < www.hcch.net >, under "Child Abduction Section" then "Special Commission meetings on the practical operation of the Convention" then "Conclusions and Recommendations" then "Special Commission of October-November 2006"


European Court of Human Rights (ECrtHR)

The ECrtHR has in recent years paid particular attention to the issue of the enforcement of return orders under the Hague Convention.  On several occasions it has found Contracting States to the 1980 Hague Child Abduction Convention have failed in their positive obligations to take all the measures that could reasonably be expected to enforce a return order.  This failure has in turn led to a breach of the applicant parent's right to respect for their family life, as guaranteed by Article 8 of the European Convention on Human Rights (ECHR), see:

Ignaccolo-Zenide v. Romania, No. 31679/96, (2001) 31 E.H.R.R. 7, [INCADAT cite: HC/E/ 336];

Sylvester v. Austria, Nos. 36812/97 and 40104/98, (2003) 37 E.H.R.R. 17, [INCADAT cite: HC/E/ 502];

H.N. v. Poland, No. 77710/01, (2005) 45 EHRR 1054, [INCADAT cite: HC/E/ 811];

Karadžic v. Croatia, No. 35030/04, (2005) 44 EHRR 896, [INCADAT cite: HC/E/ 819];

P.P. v. Poland, No. 8677/03, 8 January 2008, [INCADAT cite: HC/E/ 941].

The Court will have regard to the circumstances of the case and the action taken by the national authorities.  A delay of 8 months between the delivery of a return order and enforcement was held not to have constituted a breach of the left behind parent's right to family life in:

Couderc v. Czech Republic, 31 January 2001, No. 54429/00, [INCADAT cite: HC/E/ 859].

The Court has dismissed challenges by parents who have argued that enforcement measures, including coercive steps, have interfered with their right to a family life, see:

Paradis v. Germany, 15 May 2003, No. 4783/03, [INCADAT cite: HC/E/ 860];

A.B. v. Poland, No. 33878/96, 20 November 2007, [INCADAT cite: HC/E/ 943];

Maumousseau and Washington v. France, No. 39388/05, 6 December 2007, [INCADAT cite: HC/E/ 942].

The positive obligation to act when faced with the enforcement of a custody order in a non-Hague Convention child abduction case was upheld in:

Bajrami v. Albania, 12 December 2006 [INCADAT cite: HC/E/ 898].

However, where an applicant parent has contributed to delay this will be a relevant consideration, see as regards the enforcement of a custody order following upon an abduction:

Ancel v. Turkey, No. 28514/04, 17 February 2009, [INCADAT cite: HC/E/ 1015].


Inter-American Commission on Human Rights

The Inter-American Commission on Human Rights has held that the immediate enforcement of a return order whilst a final legal challenge was still pending did not breach Articles 8, 17, 19 or 25 of the American Convention on Human Rights (San José Pact), see:

Case 11.676, X et Z v. Argentina, 3 October 2000, Inter-American Commission on Human Rights Report n°71/00, [INCADAT cite: HC/E/ 772].


Case Law on Enforcement

The following are examples of cases where a return order was made but enforcement was resisted:

Belgium
Cour de cassation 30/10/2008, C.G. c. B.S., N° de rôle: C.06.0619.F, [INCADAT cite: HC/E/BE 750];

Canada
H.D. et N.C. c. H.F.C., Cour d'appel (Montréal), 15 mai 2000, N° 500-09-009601-006 (500-04-021679-007), [INCADAT cite: HC/E/CA 915];

Switzerland
427/01/1998, 49/III/97/bufr/mour, Cour d'appel du canton de Berne (Suisse); [INCADAT cite: HC/E/CH 433];

5P.160/2001/min, Bundesgericht, II. Zivilabteilung (Tribunal Fédéral, 2ème Chambre Civile); [INCADAT cite: HC/E/CH 423];

5P.454/2000/ZBE/bnm, Bundesgericht, II. Zivilabteilung (Tribunal Fédéral, 2ème Chambre Civile); [INCADAT cite: HC/E/CH 786];

5P.115/2006/bnm, Bundesgericht, II. Zivilabteilung (Tribunal Fédéral, 2ème Chambre Civile); [INCADAT cite: HC/E/CH 840].

Enforcement may equally be rendered impossible because of the reaction of the children concerned, see:

United Kingdom - England & Wales
Re B. (Children) (Abduction: New Evidence) [2001] 2 FCR 531; [INCADAT cite: HC/E/UKe 420];

United Kingdom - Scotland
Cameron v. Cameron (No. 3) 1997 SCLR 192; [INCADAT cite: HC/E/UKs 112];

Spain
Auto Juzgado de Familia Nº 6 de Zaragoza (España), Expediente Nº 1233/95-B; [INCADAT cite: HC/E/ES 899].


Enforcement of Return Orders Pending Appeal

For examples of cases where return orders have been enforced notwithstanding an appeal being pending see:

Argentina
Case 11.676, X et Z v. Argentina, 3 October 2000, Inter-American Commission on Human Rights Report n° 11/00 [INCADAT cite: HC/E/ 772].

The Inter-American Commission on Human Rights has held that the immediate enforcement of a return order whilst a final legal challenge was still pending did not breach Articles 8, 17, 19 or 25 of the American Convention on Human Rights (San José Pact).

Spain
Sentencia nº 120/2002 (Sala Primera); Número de Registro 129/1999. Recurso de amparo [INCADAT cite: HC/E/ES 907];

United States of America
Fawcett v. McRoberts, 326 F.3d 491 (4th Cir. Va., 2003) [INCADAT cite: HC/E/USf 494].

In Miller v. Miller, 240 F.3d 392 (4th Cir. 2001) [INCADAT cite: HC/E/USf 461] while it is not clear whether the petition was lodged prior to the return being executed, the appeal was nevertheless allowed to proceed.

However, in Bekier v. Bekier, 248 F.3d 1051 (11th Cir. 2001) [INCADAT cite: HC/E/USf 909] an appeal was not allowed to proceed once the child was returned to the State of habitual residence.

In the European Union where following the entry into force of the Brussels IIa Regulation there is now an obligation that abductions cases be dealt with in a six week time frame, the European Commission has suggested that to guarantee compliance return orders might be enforced pending appeal, see Practice Guide for the application of Council Regulation (EC) No 2201/2003.

Faits

L'enfant, une fille, était âgée de 2 ans 1/2 à la date du déplacement dont le caractère illicite était allégué. Elle avait jusqu'alors toujours vécu aux Etats-Unis. Les parents, un père américain et une mère suisse, avaient divorcé aux Etats-Unis en 1995 et disposaient conjointement de la garde. En septembre 1996, la mère emmena l'enfant en Suisse.

En Septembre 1996 le juge cantonal (Bezirksgericht) de Zurich accorda provisoirement la garde exclusive à la mère, jusqu'à ce qu'il soit statué au fond sur la question. Le 26 Septembre 1996 le père entama une procédure tendant au retour de l'enfant. Le 15 Novembre 1996 Le tribunal cantonal de Zurich rejeta la demande du père.

Le 6 Mars 1997 la cour d'appel (Obergericht) de Zurich accueillit le recours du père et ordonna le retour de l'enfant dans un délai de 10 jours à compter de la notification de la décision à la mère. Le 6 août 1997 le tribunal fédéral (Bundesgericht) rejeta le recours formé par la mère contre la décision de l'instance d'appel.

En Octobre 1997, deux tentatives d'exécution de la décision de retour échouèrent et la mère saisit le tribunal cantonal de Zurich d'une demande tendant à voir la décision de retour du 6 mars 1997 rétractée. Le 19 Décember 1997 cette demande fut rejetée.

Le 25 April 1998 la cour de cassation du canton de Zurich rejeta un recours visant à déclarer la décision de retour nulle et non avenue. Divers recours devant le tribunal fédéral suisse furent également rejetés. En mai 1998, la mère et l'enfant quittèrent Zurich pour s'installer à Aargau. La demande du père tendant à l'exécution de la décision du tribunal de Zurich du 6 mars 1997 ordonnant retour fut rejetée par le tribunal cantonal d'Aargau.

Le 26 Mars 2001 la cour d'appel du Canton d'Aargau rejecta son recours, au motif que la décision de retour avait été prise 4 ans plus tôt et ne pouvait faire l'objet d'une mise à exécution sans réexamen de l'intérêt supérieur de l'enfant, désormais âgée de 9 ans. Peu importait selon la cour que la raison majeure de la non-exécution fût liée aux multiples demandes et recours introduits par la mère elle-même.

Le 13 Septembre 2001, le recours de droit public du père fut rejeté par le Tribunal federal. Par ailleurs, les 16 Octobre et 6 Novembre 2000 la cour d'appel du Canton de Zurich déclara irrecevables les recours en revision formés par la mère et l'enfant. Les recours en annulation exercés contre ces décisions elles-mêmes furent rejetés par la cour de cassation du Canton de Zurich.

La mère introduisit un recours demandant la rétractation de la décision du 6 novembre 2000.

Dispositif

Recours rejeté.

Commentaire INCADAT

La décision du 13 septembre 2001 est disponible sur ce site : Bundesgericht, II. Zivilabteilung (Tribunal Fédéral, 2ème Chambre Civile) Décision du 13 Septembre 2001, 5P.160/2001/min [Référence INCADAT : HC/E/CH 423].

Voy. également la décision du 6 août 1997 : Bundesgericht, II. Zivilabteilung (Tribunal Fédéral, 2ème Chambre Civile) Décision du 6 août 1997 [Référence INCADAT : HC/E/CH 792];

et la décision du tribunal fédéral statuant sur le recours parallèle de la fille: Bundesgericht, II. Zivilabteilung (Tribunal Fédéral, 2ème Chambre Civile) Décision du 16 octobre 2001, 5P.477/2000/ZBE/bnm [Référence INCADAT : HC/E/CH 785].

Questions de compétence dans le cadre de la Convention de La Haye

Questions de compétence dans le cadre de la Convention de La Haye (art. 16)

Le but de la Convention étant d'assurer le retour immédiat d'enfants enlevés dans leur État de résidence habituelle pour permettre l'ouverture d'une procédure au fond, il est essentiel qu'une procédure d'attribution de la garde ne soit pas commencée dans l'État de refuge. À cette fin, l'article 16 dispose que :

« Après avoir été informées du déplacement illicite d'un enfant ou de son non-retour dans le cadre de l'article 3, les autorités judiciaires ou administratives de l'Etat contractant où l'enfant a été déplacé ou retenu ne pourront statuer sur le fond du droit de garde jusqu'à ce qu'il soit établi que les conditions de la présente Convention pour un retour de l'enfant ne sont pas réunies, ou jusqu'à ce qu'une période raisonnable ne se soit écoulée sans qu'une demande en application de la Convention n'ait été faite. »

Les États contractants qui sont également parties à la Convention de La Haye de 1996 bénéficient d'une plus grande protection en vertu de l'article 7 de cet instrument.

Les États contractants membres de l'Union européenne auxquels s'applique le règlement (CE) n°2201/2003 du Conseil du 27 novembre 2003 (règlement Bruxelles II bis) bénéficient d'une protection supplémentaire en vertu de l'article 10 de cet instrument.

L'importance de l'article 16 a été notée par la Cour européenne des droits de l'Homme :

Iosub Caras v. Romania, Requête n° 7198/04, (2008) 47 E.H.R.R. 35, [Référence INCADAT : HC/E/ 867]
 
Carlson v. Switzerland, Requête n° 49492/06, 8 novembre 2008, [Référence INCADAT : HC/E/ 999

Dans quelles circonstances l'article 16 doit-il être appliqué ?

La Haute Cour (High Court) d'Angleterre et du Pays de Galles a estimé qu'il revient aux tribunaux et aux avocats de prendre l'initiative lorsque des éléments indiquent qu'un déplacement ou non-retour illicite a eu lieu.

R. v. R. (Residence Order: Child Abduction) [1995] Fam 209, [Référence INCADAT : HC/E/UKe 120].
 
Lorsqu'un tribunal prend connaissance, expressément ou par présomption, d'un déplacement ou non-retour illicite, il est informé de ce déplacement ou non-retour illicite au sens de l'article 16. Il incombe en outre au tribunal d'envisager les mesures à prendre pour s'assurer que le parent se trouvant dans cet État est informé de ses droits dans le cadre de la Convention.

Re H. (Abduction: Habitual Residence: Consent) [2000] 2 FLR 294, [Référence INCADAT : HC/E/UKe 478

Les avocats, même ceux des parents ravisseurs, ont le devoir d'attirer l'attention du tribunal sur la Convention lorsque cela est pertinent.

Portée et durée de la protection conférée par l'article 16 ?

L'article 16 n'empêche pas la prise de mesures provisoires et de protection :

Belgique
Cour de cassation 30/10/2008, CG c BS, n° de rôle: C.06.0619.F, [Référence INCADAT : HC/E/BE 750]. Dans ce cas d'espèce les mesures provisoires devinrent toutefois définitives et le retour ne fut jamais appliqué en raison d'un changement des circonstances.

Une demande de retour doit être déposée dans un laps de temps raisonnable :

France
Cass. Civ. 1ère, 9 juillet 2008 (pourvois n° K 06-22090 et M 06-22091), 9.7.2008, [Référence INCADAT : HC/E/FR 749] ;

Royaume-Uni - Angleterre et Pays de Galles
R. v. R. (Residence Order: Child Abduction) [1995] Fam 209, [Référence INCADAT : HC/E/UKe 120].

Une ordonnance de retour devenue définitive mais n'ayant pas encore été exécutée entre dans le champ de l'article 16 :

Allemagne
Bundesgerichtshof, XII. Décision du Zivilsenat du 16 août 2000 - XII ZB 210/99, BGHZ 145, 97 16 August 2000 [Référence INCADAT : HC/E/DE 467].

L'article 16 ne s'appliquera plus lorsqu'une ordonnance de retour ne peut être exécutée :

Suisse
5P.477/2000/ZBE/bnm, [Référence INCADAT : HC/E/CH 785].

Exécution de l'ordonnance de retour

Lorsqu'un parent ravisseur ne remet pas volontairement un enfant dont le retour a été judiciairement ordonné, l'exécution implique des mesures coercitives. L'introduction de telles mesures peut donner lieu à des difficultés juridiques et pratiques pour le demandeur. En effet, même lorsque le retour a finalement lieu, des retards considérables peuvent être intervenus avant que les juridictions de l'État de résidence habituelle ne statuent sur l'avenir de l'enfant. Dans certains cas exceptionnels les retards sont tels qu'il n'est plus approprié qu'un retour soit ordonné.


Travail de la Conférence de La Haye

Les Commissions spéciales sur le fonctionnement de la Convention de La Haye ont concentré des efforts considérables sur la question de l'exécution des décisions de retour.

Dans les conclusions de la Quatrième Commission spéciale de mars 2001, il fut noté :

« Méthodes et rapidité d'exécution des procédures

3.9       Les retards dans l'exécution des décisions de retour, ou l'inexécution de celles-ci, dans certains [É]tats contractants soulèvent de sérieuses inquiétudes. La Commission spéciale invite les [É]tats contractants à exécuter les décisions de retour sans délai et effectivement.

3.10       Lorsqu'ils rendent une décision de retour, les tribunaux devraient avoir les moyens d'inclure dans leur décision des dispositions garantissant que la décision aboutisse à un retour effectif et immédiat de l'enfant.

3.11       Les Autorités centrales ou autres autorités compétentes devraient fournir des efforts pour assurer le suivi des décisions de retour et pour déterminer dans chaque cas si l'exécution a eu lieu ou non, ou si elle a été retardée. »

Voir < www.hcch.net >, sous les rubriques « Espace Enlèvement d'enfants » et « Réunions des Commissions spéciales sur le fonctionnement pratique de la Convention » puis « Conclusions et Recommandations ».

Afin de préparer la Cinquième Commission spéciale en novembre 2006, le Bureau permanent a élaboré un rapport sur « L'exécution des décisions fondées sur la Convention de La Haye de 1980 - Vers des principes de bonne pratique », Doc. prél. No 7 d'octobre 2006.

(Disponible sur le site de la Conférence à l'adresse suivante : < www.hcch.net >, sous les rubriques « Espace Enlèvement d'enfants » et « Réunions des Commissions spéciales sur le fonctionnement pratique de la Convention » puis « Documents préliminaires »).

Cette Commission spéciale souligna l'importance des principes de bonne pratique développés dans le rapport qui serviront à l'élaboration d'un futur Guide de bonnes pratiques sur les questions liées à l'exécution, voir : < www.hcch.net >, sous les rubriques « Espace Enlèvement d'enfants » et « Réunions des Commissions spéciales sur le fonctionnement pratique de la Convention » puis « Conclusions et Recommandations » et enfin « Commission Spéciale d'Octobre-Novembre 2006 »


Cour européenne des droits de l'homme (CourEDH)

Ces dernières années, la CourEDH a accordé une attention particulière à la question de l'exécution des décisions de retour fondées sur la Convention de La Haye. À plusieurs reprises elle estima que des États membres avaient failli à leur obligation positive de  prendre toutes les mesures auxquelles on pouvait raisonnablement s'attendre en vue de l'exécution, les condamnant sur le fondement de l'article 8 de la Convention européenne des Droits de l'Homme (CEDH) sur le respect de la vie familiale. Voir :

Ignaccolo-Zenide v. Romania, 25 January 2000 [Référence INCADAT : HC/E/ 336] ;

Sylvester v. Austria, 24 April 2003 [Référence INCADAT : HC/E/ 502] ;

H.N. v. Poland, 13 September 2005 [Référence INCADAT : HC/E/ 811] ;                       

Karadžic v. Croatia, 15 December 2005 [Référence INCADAT : HC/E/ 819] ;

P.P. v. Poland, Application no. 8677/03, 8 January 2008, [Référence INCADAT : HC/E/ 941].

La Cour tient compte de l'ensemble des circonstances de l'affaire et des mesures prises par les autorités nationales.  Un retard de 8 mois entre l'ordonnance de retour et son exécution a pu être considéré comme ne violant pas le droit du parent demandeur au respect de sa vie familiale dans :

Couderc v. Czech Republic, 31 January 2001, Application n°54429/00, [Référence INCADAT : HC/E/ 859].

La Cour a par ailleurs rejeté les requêtes de parents qui avaient soutenu que les mesures d'exécution prises, y compris les mesures coercitives, violaient le droit au respect de leur vie familiale :

Paradis v. Germany, 15 May 2003, Application n°4783/03, [Référence INCADAT : HC/E/ 860] ;

A.B. v. Poland, Application No. 33878/96, 20 November 2007, [Référence INCADAT : HC/E/ 943] ;

Maumousseau and Washington v. France, Application No 39388/05, 6 December 2007, [Référence INCADAT : HC/E/ 942] ;

L'obligation positive de prendre des mesures face à l'exécution d'une décision concernant le droit de garde d'un enfant a également été reconnue dans une affaire ne relevant pas de la Convention de La Haye :

Bajrami v. Albania, 12 December 2006 [Référence INCADAT: HC/E/ 898].

Ancel v. Turkey, No. 28514/04, 17 February 2009, [Référence INCADAT : HC/E/ 1015].


Commission interaméricaine des Droits de l'Homme

La Commission interaméricaine des Droits de l'Homme a décidé que l'exécution immédiate d'une ordonnance de retour qui avait fait l'objet d'un recours ne violait pas les articles 8, 17, 19 ni 25 de la Convention américaine relative aux Droits de l'Homme (Pacte de San José), voir :

Case 11.676, X et Z v. Argentina, 3 October 2000, Inter-American Commission on Human Rights Report n°71/00 [Référence INCADAT : HC/E/ 772].


Jurisprudence en matière d'exécution

Dans les exemples suivants l'exécution de l'ordonnance de retour s'est heurtée à des difficultés, voir :

Belgique
Cour de cassation 30/10/2008, C.G. c. B.S., N° de rôle: C.06.0619.F, [Référence INCADAT : HC/E/BE 750] ;

Canada
H.D. et N.C. c. H.F.C., Cour d'appel (Montréal), 15 mai 2000, N° 500-09-009601-006 (500-04-021679-007), [Référence INCADAT : HC/E/CA 915] ;

Suisse
427/01/1998, 49/III/97/bufr/mour, Cour d’appel du canton de Berne (Suisse); [Référence INCADAT : HC/E/CH 433] ;

5P.160/2001/min, Bundesgericht, II. Zivilabteilung (Tribunal Fédéral, 2ème Chambre Civile); [Référence INCADAT : HC/E/CH 423] ;

5P.454/2000/ZBE/bnm, Bundesgericht, II. Zivilabteilung (Tribunal Fédéral, 2ème Chambre Civile); [Référence INCADAT : HC/E/CH 786] ;

5P.115/2006 /bnm, Bundesgericht, II. Zivilabteilung (Tribunal Fédéral, 2ème Chambre Civile); [Référence INCADAT : HC/E/CH 840] ;

L'exécution peut également être rendue impossible en raison de la réaction des enfants en cause. Voir :

Royaume-Uni - Angleterre et Pays de Galles
Re B. (Children) (Abduction: New Evidence) [2001] 2 FCR 531; [Référence INCADAT : HC/E/UKe 420]

Lorsqu'un enfant a été caché pendant plusieurs années à l'issue d'une ordonnance de retour, il peut ne plus être dans son intérêt d'être l'objet d'une ordonnance de retour. Voir :

Royaume-Uni - Écosse
Cameron v. Cameron (No. 3) 1997 SCLR 192, [Référence INCADAT : HC/E/UKs 112] ;

Espagne
Auto Juzgado de Familia Nº 6 de Zaragoza (España), Expediente Nº 1233/95-B [Référence INCADAT : HC/E/ES 899].